Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pain aux châtaignes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Pain aux châtaignes. le Mer 15 Juil - 16:20

Franklin, accoudé au comptoir du minable et unique troquet de Past Pot Creek, sirotait son énième choppe de ce que le tenancier avait baptisé sa "Bière maison brassée avec mes mains".
Infâme, fut le premier mot qui lui vint à l'esprit. Infâme, mais gratuit et alcoolisé, pensa t'il ensuite.
La salle était bruyante, les hommes du coin fêtaient leurs bonheur d'être toujours en vie aprés avoir bu pour oublier que la livraison de spray anti-dinosaure tardait à arriver.
Heureusement celui qui s'était présentait sous le nom de Benjamin Franklin était arrivé tel un chevalier grisâtre à mauvaise haleine. Avec lui les restes d'une caravane marchande s'étant fait prendre par les taupoïdes aux environs d'Electro-ville.
Pour salaire, Franklin se faisait offrir verre sur verre, tanguant de plus en plus sur son tabouret, broyant du noir en marmonnant.

Il ne sut pas vraiment ce qui avait déclenché la rixes. Les bruits derrière lui changèrent, les rires se tranformèrent en vocifération et en grognement. Une mélée génrale avait éclaté. Franklin ne tourna d'abord pas la tête, trop occupé à boire. Alors que sa chooppe effectuait le trajet coutumier du comptoir jusqu'à la bouche un accident se produisit. Franklin fût bousculé et renversa l'alcoolisé contenue sur lui. Il se retourna d'un geste vif bien que rendu étrangement compliqué par l'alcool puis se leva ave précaution.
Debout, il tituba jusqu'a un type en chemise à carreaux sans remarquer que son agresseur était étalé au pied de son tabouret.
Il saisit le pauvre ère par le col et le ramena prés de son visage. Là d'une voix rendue pateuse par l'alcool il grogna:


"Hey, Pecno! S'toi qui m'a fait ça?"

Tout se passa ensuite trés vite, le pecno en question allait répondre mais l'impact du front de Franklin sur son nez l'en empécha. Il y eut un bruit sec, puis un bruit fracassanyt lorsque l'un des amis du type fracassa une chaise dans le dos de Franklin. Ce dernier s'affala en grognant sur une table bancale qui ne supporta pas son poids et se brisa sous lui.

A terre il s'assit, secoua la tête comme un chien. Puis un sourire joyeux aux lèvres il se releva. Le bar était un champs de bataille Les coups pleuvaient, chacun allait avoir droit à sa ration de pain aux marrons.


"CA VA CASTAGNER!!!"

Hurla Franklin avant de se jeter au millieu du combat balançant mandalles coups de lattes et de têtes. Il se battait sans finesse et pratiquement sans réussite. Ses coups était bien trop lent, c'était en partie à cause de l'alccol mais aussi en partie parcequ'il se battait comme s'il faisait 200Kg de plus. Quiconque aurait été assez fou pour s'arreter de se battre dans cet enfer et tournait la tête en direction de Franklin Richards n'aurait put s'empécher de se demander: "Mais il se prend pour Hulk ou quoi?". Ce qui était, en fait, pas si éloigné de la réalité.



Dernière édition par Franklin Richards le Mer 15 Juil - 18:21, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Pain aux châtaignes. le Mer 15 Juil - 18:15

Après une nuit épouvantable dans les plaines autour de la ville Murdock s'était finalement résolu à rejoindre Paste Pot Creek. Avec l'espoir de se payer un repas digne de ce nom et un lit à peu près propre.

La "chance" avait été avec lui: placardée sur un mur une affichette proposait une mission de quelques jours. Le "shérif" du coin était... "souffrant" et les autorités locales cherchaient un remplaçant temporaire. Habituellement, Ben évitait ce genre de contrat: trop de responsabilités et de risques pour des peanuts; mais là il avait vraiment besoin de se refaire.

Obtenir le job avait été une formalité, de toutes façons il était l'unique candidat. Le voilà donc à patrouiller muni d'un bel insigne frappé du blason de Paste Pot Creek.

Sa moto puissante moto ronronnant tranquillement entre ses jambes, il parcourait les rues lentement sous les regards à la fois interloqués et inquiets des habitants. Il ressassait le passé et il était tellement absorbé par ses pensés qu'il ne fit pas attention au fracas provenant du troquet du coin. Ce n'est que lorsqu'un poivrot traversa une vitre pour s'affaler dans la poussière au beau milieu de la rue qu'il constata la rixe.

*Tu commences à te faire vieux, Ben...*, se dit-il en garant sa moto.

En s'approchant de la porte d'entrée, il retira son casque et le cala sous sons bras, il fit craqué sa nuque et sortit son bel insigne représentant l'autorité. Le bruit était insupportable, aussi se concentra-t-il pour filtrer les sons et ne garder que ce qui pouvait être intéressant: mais il ne distinguait que des cris de douleurs et de colère, des insultes ainsi que des pleures et quelques rires. Il poussa la porte et aussitôt la puanteur lui saisit la gorge, devant ces relents de sueur et d'alcool frelaté il sentait monter la nausée.

Sa silhouette impressionnante se découpait dans l'encadrement de la porte et levant bien haut son insigne, il lança d'une voix forte:

-"Messieurs! Veuillez cesser immédiatement ce bazar et qu'on me désigne les responsables!"

Un silence irréel se fit; les bagarreurs considéraient avec étonnement ce grand type de 50 ans vêtu de rouge et noir.

Des rires moqueurs résonnèrent du fond de la salle.

*Eeeeett merde...! Trop poli...*

Le chaos repartit de plus belle.

*Beaucoup trop poli!*

Murdock rajusta son casque et s'apprêta à se jeter dans la mêlée, au moins il allait se défouler.

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Pain aux châtaignes. le Jeu 16 Juil - 9:51

Cinq minutes plus tôt.

Une curieuse partie de Poker tenait lieu dans l'un des sordides saloons de Paste Pot Creek. Eddy avait acceptés de taper le carton avec quelques pécores. Contrairement à tout joueur malfrat qui a sa logique, le charognard ne se tenait pas contre un mur, mais dans l'allée, l'endroit le plus fréquenté et donc le plus dangereux. Après deux donnes gagnées, la ronde des joueurs à la table changea quelque peu, des perdants partant, des clients entrant dans la partie. Quand il vit qui venait d'entrer sur la table, Edwyn eut un sourire légèrement jaune. Il avait eu souvent lui-même cette coutume de venir se refaire à une table de Poker après une mésaventure. Il ne cilla pas davantage et utilisa une technique dite de Eric O'Grady.

"Ante..."

"Hé! Mais la grosse blinde...

- La ferme, moi je suis.

- Moi idem.

- M'itou.

- Bon...

- Ouais, d'accord...

- Bon, ch'suis alors. Mais je sens l'entourloupeur.



Une heure et demie plus tôt, dans les Midlands.

"Pose ton sac à dos, Pécore. Oui, comme ça. Mains visibles. Ahaaaaaah !!"


Le Vautour avait fait un bond planant, ouvrant grand ses ailes. D'un mouvement circulaire il avait chopé le sac de voyage et enfourché le cheval de l'autre, qui avait manifestement souffert du voyage et de la chaleur.

Conquérant, mais ce sans grand enjeu, Edwyn avait ramené la monture de l'homme fatigué jusqu'à la ville de Paste Pot Creek, sachant qu'il n'y avait en ce moment plus de Sheriff. Il s'était engouffré dans le bar pour échanger à la table de jeux ses atouts volés contre de l'argent sonnant et trébuchant.


Dix minutes plus tôt, en face du saloon.


*Mais c'est mon canasson... !*


Deux minutes plus tôt.

"Tricheur, menteur tu m'as volé mes affaires sur la route !!"

" !"

Le premier pain part tout seul, par un joueur un peu trop dans le jeu, à celui qui vient de s'exclamer. Puis, un nouvel ami de l'homme dévalisé donne un gnon au rapace chauve. Celui-ci rétorque d'un uppercut qui envoie voler le type à l'autre bout de la salle. Sous son poncho et ses vêtements larges, Toomes portait son sempiternel harnais de force, tandis que ses ailes étaient dans un coffre-fort de l'établissement. Bien sûr le bouge avait des consignes pour les affaires laissées par des ivrognes. Toomes faisait souvent usage de celles-ci avec un pourboire pour stocker ses affaires précieuses et volées.


Instant T.

"Veuillez cesser immédiatement ce bazar et qu'on me désigne les responsables!"

Un pauvre diable en costume rouge et dégaine d'urbain métropolitain hurle et demande l'accalmie. S'il avait vu la météo, il aurait perçu que les perturbations ne s'arrêteraient pas d'un seul coup comme un nuage à la frontière. Mais Edwyn sentit que le vent tournait pour lui. Il profita du chaos ambiant pour tâcher de se rapprocher des coffres consignés tandis que sa victime de tout à l'heure s'était pris un méchant coup par un barbu blond malhabile.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Pain aux châtaignes. le Jeu 16 Juil - 13:21

Franklin arréta de se prendre pour un ventilateur pendant trente secondes, le temps de fixer son regard trouble sur l'espèce d'armoire à glace rouge. Une coup de poing le ramena à la réalité.
Il entreprit alors d'assomer le propriétaire du poing en lui cognant la tête contre le comptoir. Il se retourna pour où été passé le type en rouge. Ce dernier semblait vouloir arréter la fête.


"Raaa mais on peut plus s'amuser?!"

Marmonna Franklin, du moins il essaya. Il avait l'impression que s'il ouvrait trop la bouche sa machoire allait se détacher. Il tenta de rejoindre le gros balèze mais quelque chose le fit basculer derrière le comptoir.
S'ébrouant comme un chien il remarqua qu'il venait de se prendre un type assommé. Franklin se saisit d'une choppe rangée sous le comptoir et la lança sans reagrder ou elle tombait. Il saisit ensuite une bouteille de whisky. Il s'apprétait à la lancer lorsqu'il comprit qu'il remarqua qu'il en restait encore. Il finit la bouteille d'une traite en buvant au goulot.

Poussant un rôt sonore il se releva imbibé d''inconscience et de ce sentiment de supériorité qu'apporte l'ébriété. Il visa la brute rouge et lança la bouteille. Elle s'écrasa à dix métre sur la gauche de sa cible dans le dos d'un type qui n'avait rien demandé.


"Aaaah t'veux jouer à ça. 'tends voir j'm'en vais t'eclater ce pichet sur la tronche espèce d'abruti en costume de père-noël."

Franklin lança le pichet avec un grognement sourd. La pièce de terre cuite décrivit comme au ralentit une oblique dans l'espace enfumé et bruyant du boui-boui.
elle finit sa course sur le crâne chauve d'un type qui tentait à priori de forcer un coffre.


"Ah M.... manqué"

Tels furent les dernières parole du retranché Franklin. Dernière parole avant qu'il ne s'effondre, ivre, derrière le comptoir et ne se mette à ronfler.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Pain aux châtaignes. le Jeu 16 Juil - 15:19

Avec entrain, le "père Noël" distribuait des châtaignes et des marrons. Certains soulards étaient plus chanceux: ils récoltaient une pleine poignée. Puisqu'ils ne voulaient se calmer tous seuls, benjamin avait décidé de ramener le calme par lui même en assommant tous ces types un par un si nécessaire.

Comme les belligérants étaient complètement ronds pour la plupart, la majorité se battait entre eux et seulement quelques uns se jetaient directement sur lui. Murdock para un crochet du droit maladroit et répliqua en éclatant le nez de son assaillant d'un bon coup de boule: l'empreinte de la grille de son casque s'imprima sur le visage de l'homme qui s'effondra. D'un coup de pied appuyé, Ben défonça la cage thoracique d'un adepte du piercing coiffé d'une crête bleue. Sous le choc, l'iroquois décolla du sol et percuta deux autres bonshommes. Ben nota qu'un blond barbu lança une bouteille qui s'écrasa dans le dos d'un type non loin de lui. Il venait de briser un poignet armé d'un tesson de verre quand ses sens l'avertir d'un mouvement derrière lui, il pivota et bloqua des avants-bras une batte de baseball.

Déséquilibré, il tomba à la renverse.

*Putain de vieillesse... j'aurais du l'éviter*.

Le batteur allait frapper à nouveau quand Murdock lui plia le genou dans le mauvais sens d'un méchant coup de talon. Le gars hurla; des insultes fleuries fusèrent. Benjamin le mis K.O d'un direct au menton.

Se redressant de toute sa hauteur, Murdock aperçu que le lanceur de vaisselle faisait encore des siennes avant de s'effondrer derrière le comptoir. Presque immédiatement, Ben entendit ses ronflements: bruit insolite parmi le tumulte ambiant.

Sortant sa matraque, il allait jouer au CRS et passer à la vitesse supérieure. Le nombre de bagarreurs allait dangereusement se réduire.



Dernière édition par Benjamin Murdock le Sam 25 Juil - 14:26, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Pain aux châtaignes. le Sam 18 Juil - 14:04

Toomes s'apprêtait à user d'une de ses plumes en titane (il en gardait parfois une ou deux à cet effet, lorsqu'elles étaient brisées dans un exploit fracassant) pour forcer l'ouverture des consignes de l'auberge. Il allait en profiter pour récupérer des effets personnels d'autres usagers, espérant avec un peu de chance récupérer une clé de véhicule, lorsque soudain des éclats de terre cuite explosèrent sur le derrière de son crâne chauve. Heureusement le récipient était vide, mais le hors-la-loi dans un territoire sans autorités fut bien sonné. Malgré son étourdissement, il rangea discrètement sa lame de titane pour le cas où on viendrait à deviner ce qu'il allait en faire. Non en fait il s'en ressaisit, et tâcha de discerner qui était le #!@*% qui avait fait ça. Autour de lui, foule de coupables potentiels. Il n'esquiva pas un coup de poing qu'il prit dans la thorax, ce qui vu son harnais ne lui fit aucun mal. Son regard de rapace se posa sur l'homme qui se tenait derrière le bar armé de vaisselle.

"Toi je vais te faire couiner..."

Alors qu'il voyait quelque peu flou, il traversa avec précaution le champ d'ivrognes en bagarre générale. Il évita plus par chance que par talent une godasse lancée droit vers lui par un gros type brun et poilu. Ne cherchant pas le grand, il continua sa progression vers le blond à barbe. Alors qu'il s'approchait finalement, il réalisa que celui-ci était tombé raide, assoupi dans son ébriété. Face à lui se tenait le diable rouge qui était venu rétablir soi-disant l'ordre dans ce lieu perturbé.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum