Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Prologue à SoNA : A la recherche d'un frère de sang et d'arme. [pv Matt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]



Le lendemain de l'appel du marteau, le prêtre Blake avait de nouveau rêvé de cette être divin qui lui avait sauvé la vie pour le guider sur le sentier de la gloire d'Asgard. Dans son rêve, il avait vu une grande usine moderne à la solde d'un grand groupe privé et dans son sein le premier élu des Dieux. Il ne savait pas son nom mais c'était un grand scientifique et un être au cœur pur sachant quand il fallait se battre pour les siens.

Miguel avait réussi à entrer dans l'usine grâce à son rang, un des plus respecté des ministres du culte avait le droit d'entrer où il voulait sans avoir à se justifier. De plus, les Punishers n'avaient pas encore mit au courant le consortium pour ne pas propager la nouvelle de leur échec et à cause de la machine à vapeur administrative empêchant l'échange d'informations rapides. Ils pouvaient donc encore se prévaloir de son statut.

Il avait pu aussi faire un rapide tour dans le listing des employés d'Alchemax et trouver le nom de son jeune ami, George O'Hara un stagiaire et futur père adoptif d'une certaine araignée.

"George, avez-vous déjà entendu la voix du seigneur Thor."

A ces mots, O'hara sursauta, Blake était apparu derrière lui sans un bruit. Il ne savait pas quoi répondre, il ne voulait pas être embêter par un de ces fondamentalistes Thorite mais il ne pouvait pas l'envoyer sur les roses et risquer la prison, voir pire vu le rang de l'enquiquineur.

Au même moment, à l'Oeil publique un des surveillants remarque la venue non-prévus d'un agitateur dans la grande entreprise.



Dernière édition par Death le Dim 20 Déc - 18:58, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur
Aux confins de la Tour de Garde, les employés de Public Eye frissonnent. Un Punisher vient de traverser leurs rangs, pour faire passer une missive importante de la part du HAMMER. Le département d'état religieux déplore l'exode de l'un de ses ecclésiastes les plus populaires. Celui-ci, considéré dès lors comme hérétique, est mis sur les listes de recherche de l'Œil Public. Bien sûr, c'est l'avis de l'hyper-traditionnaliste punisseur. Certains y verraient une simple disparition, et l'option n'est pas exclue. De toute façon, un des subalternes de Matthäus se met sérieusement sur la question, dépité d'avoir été désigné pour exécuter la tâche. Les Punishers font froid dans le dos.

Lorsque, une heure à peine plus tard, l'individu est repéré libre comme l'air dans l'industrieux repaire de la marque Alchemax, Matt salive d'avance à l'idée de moucher les pupu. Il ne peut faire obstruction au passage de l'information, mais ces sbires l'insupportent plus encore qu'ils n'effraient le personnel. A peine est-il informé de la situation, qu'il embarque avec un des détectives publics à sa solde, sur le deux-roues motorisé de ce dernier.

Lorsque le motocycle pétaradant atteint le secteur recherche d'Alchemax, Matt ne se retient plus, il saute de la bécane. L'autre la gare dans la rue proche en faisant une croix dessus ; il s'appelle Frederick Spielmann, porte un long imperméable gris et jurait sans cesse. Il portait une petite arme à longue portée qui projetait un rayon laser suffisant pour assommer un homme corpulent. Quant à Schmidt, il retira son propre manteau pour apparaître en débardeur blanc, de sous lequel dépassaient ses tatouages délirants.

"Allons, Spielmann, dépêchons. D'après vous, où est-il à présent ?"


Celui-ci était connecté au cyberlien par un implant dans l'hémisphère gauche de son crâne et accédait à des données cryptées du commissariat.

"Herr Schmidt, d'après cette crash! de Stella à la Tour, il est vu en train de communiquer avec un stagiaire inconnu des bases de registres, comme tous les débauchés."

"C'est à se demander comment Alchemax a accepté de relayer Public Eye en ses murs... Une mutuelle du travail sans doute."

"En fait, Sir, c'est un crash! de système de surveillance, blarguant. Mon beauf travaille à Alchemax. C'est pour éviter les crash! de vols."

"Evidemment."

Les deux entrèrent à Alchemax sans problèmes. Le visage connu de Matt était le meilleur des laisser-passer. Le plus difficile était maintenant de déterminer où se trouvaient Blake et le jeunot. Du moins, ça l'aurait été s'ils avaient dû passer par une requête ordinaire. Un simple plan du building, en reportant le numéro de série de la caméra, et le tour était joué. Grâce au cyberlien de Spielmann, c'était déjà fait, et Schmitt se précipitait le long des passerelles, cages d'ascenseurs et autres escalators. Inutile de préciser que l'inspecteur n'était pas fichu de le suivre. Utilisant ses toiles organiques pour se propulser, Matt fut sur les lieux en un clin d'œil. Le détective public sur ses talons, près d'arriver d'ici cinq bonnes minutes, les Punishers lâchés sans doute en ce moment-même... Il aurait presque le temps de régler la situation sur place et maintenant.

"Messieurs, je ne suis pas sûr que le code du travail permette ce que vous faites."

Il projeta de larges toiles organiques brun-rouge vers les deux interlocuteurs, tandis que son corps devenait cramoisi et ses pupilles vert bouteille.

Voir le profil de l'utilisateur
O'Hara avait décidé de faire marcher le prêtre thorite prétendant devoir sans cesse se déplacer pour accomplir sa mission dans la très grande entreprise qui avait racheté le logo des puissants Vengeurs. Blake ne voulait pas user de son autorité de prêtre pour qu'il stoppe sa marche et commence à l'écouter mais cela commençait à faire long et sa quète ne pouvait souffrir d'un délai supplémentaire.

"Bon ! George O'Hara, au nom de Thor, je vous demandes de me suivre."

A ces mots, le stagiaire se figea, il savait ce que cela voulait dire : les Punishers. Mais avant de dire quoi que ce soit le fils de notre maître à tous arriva et emprisonna les hôtes des Dieux dans une toile dont ils ne pouvaient s'extraire. Blake connaissait bien Matt, comme toute personne censée, et il savait ce qu'il risquait mais la foi en sa mission le rendait courageux voir insouciant. Il prit donc un air très sérieux, fronçant légèrement les sourcils.

"Matthaüs, voyons je ne suis qu'un messager de la parole de Thor, rien de plus. Pourquoi se fâcher avec son Dieu ?"



Dernière édition par Death le Ven 25 Déc - 16:48, édité 1 fois (Raison : C'est George pas Miguel O'Hara)

Voir le profil de l'utilisateur
Le prélat avait l'air parfaitement ridicule, plissant le front d'un air théâtral en prenant le petit stagiaire à témoin. Matt ne put s'empêcher de ricaner. Il ne pouvait pas se permettre d'avouer publiquement n'avoir ni Dieu ni maître. Cela choquerait l'opinion si le petit George venait à l'ébruiter. Tant pis, il resterait dans les clous... Pour le moment.

"Je crois que cette usine a déjà un aumônier, monsieur le curé. Vous êtes ici en territoire privé et veuillez m'excuser de vous avoir immobilisé ici, mais ce jeune homme ne m'a pas dit son nom ?"

S'il en avait eu, cela aurait été son tour de froncer les sourcils d'un air dramatique. Il se contenta de tirer sur la toile en l'enroulant d'un pied. Le but était de forcer une position cambrée assez douloureuse à ses deux prisonniers. Pendant ce temps, Matt entendait Spielmann qui courait dans leur direction, mais il était encore loin. D'ailleurs, sans sens exacerbés il ne l'aurait pas perçu.

"Des punisseurs se préparent en ce moment à vous rendre leurs hommages, mon père. Dois-je leur dire que vous quittez les ordres ?"

Voir le profil de l'utilisateur
"Je t'ai connu plus expéditif, Matthaüs."

De l'ombre apparut la silhouette elle-même sombre mais originale d'Hugo Zémo, habillé comme à son habitude de son ensemble d'ancien aviateur, avec son éternel masque pourpre et son épée au flanc. Les bras le long du corps, il se déplaçait calmement vers les quatre hommes. Il était arrivé ici peu avant Matt', ayant fait jouer son affiliation et quelques vieux trucs appris dans sa jeunesse pour pénétrer dans l'énorme bâtisse ; il avait mis du temps avant de trouver l'endroit où il devait être - et ça ne lui plaisait pas du tout.
Depuis son retour à la grande ville, Hugo n'avait pas été lui-même et sa présence ici était le summum de l'étrange. Il n'arrêtait pas d'être attiré par Alchemax, de sentir qu'un ami, qu'un véritable frère avait besoin de lui ; or, personne ne représentait autant pour lui.

Jamais il n'avait eu de véritable ami, de proche qui lui permette de lui faire autant confiance. Même sa mère ne pouvait oser avoir un tel statut pour lui. S'étant construit tout seul, armé de son seul courage et de sa détermination, Zémo ne comprenait pas ce qu'il ressentait - et cela l'inquiétait. Jour après jour, heure après heure, son inconscient lui hurlait que quelqu'un de fondamentalement important pour lui avait besoin de son assistance ; et naturellement, il pensait à l'aider. Lui ! Un Zémo !

Jamais, dans sa famille, l'on n'avait fait quelque chose sans arrière-pensée, sans un plan à l'avance. Jamais un Zémo n'avait aidé sans vouloir réclamer par la suite. Or, là, il n'y avait rien de tel : sa pulsion était pure, belle et honorable ; pour un peu, elle l'aurait ému. Il était prêt à donner sa vie, à mettre sa lame dans une bataille pour quelqu'un qui représentait énormément pour lui. C'était beau.
Mais personne n'avait une telle aura pour Hugo : il n'avait personne d'aussi fort dans son existence. Ca n'était donc pas normal. C'était donc un piège. Et il avait foncé dedans.

Zémo avait bien essayé de s'y opposer, de boire, de se changer les idées, mais le hurlement était devenu trop fort. Il l'avait donc suivi à contre-coeur et se retrouvait maintenant face à ces gens qu'il ne connaissait pas ou qu'il ne voulait pas revoir, avec le sentiment que l'un d'entre eux était Celui qui représentait tant pour lui.
Matt' ? Etait-il possible que ça soit Matt' ? Hugo en déglutit. Son pire cauchemar risquait de se réaliser : lui à la solde du Président, incapable de lutter contre son dernier tour. Il sentait son coeur se serrer.

Voir le profil de l'utilisateur
Quand Hugo Zemo apparu derrière Matt, Miguel et Goerge furent terrifiés et quelque peu interloqués se demandant si cela ne faisait pas un peu trop pour deux simples humains sans pouvoirs ou entraînement au combat. Mais avant que le grand prêtre Blake n’ait pu prêcher la bonne parole de Thor pour justifier ses actes et calmer les deux amis d’enfance, il fût prit d’une envie de dormir fulgurante.

« OOoooooh ! » bailla-t-il.

Puis il tomba comme une masse dans son sommeil sans avoir l’air spécialement ennuyé par le bruit ambiant où les toiles du nazi. Même la douleur que provoquait sa posture et faisait par moment hurlerle stagiaire ne semblait gêner son sommeil.

Dans ses rêves, le prophète de Thor entendit, pour la troisième fois, la voix qui lui avait sauvé la vie le jour précédent.

« Blake ! L’homme au masque violet n’est pas ton ennemie, il est même essentiel à notre cause. Crois en lui comme en moi et traite-le comme ton frère ! »

Pendant que Blake ronflait, O’Hara paniquait et implorait la clémence. Et dans sa panique, il commençait à délirer et ne contrôlait plus vraiment ce qu’il disait.

« Mais… mais qu’est-ce qu’il lui prends ? Messires, je ne connais pas cet homme, je ne comprends pas ce qu’il me veut. Si vous plaît, je demande grâce pour moi et pour lui… non je veux dire pour moi et ce guerri… Mais qu’est-ce qui m’arrive ? »

[hj La voix, Blake, O'Hara]



Dernière édition par Death le Ven 25 Déc - 16:49, édité 1 fois (Raison : ne pas préparer ses posts à 2h du mat')

Voir le profil de l'utilisateur
Matt avait entendu Hugo arriver. Il ne s'attendait pas à revoir de sitôt son 'cousin'. Celui-ci l'avait plus ou moins évité ces derniers temps, et Matthäus préférait de toutes façons passer du temps à casser ses bouteilles ingérées sur des poltrons New-Yorkais quand il n'était pas au boulot. Lorsque celui-ci lui fit remarquer sa conduite presque acceptable, il se dit que finalement, il devait avoir un peu peur de la réaction des Punisseurs.

"Monsieur ne s'est pas expliqué."

Et puis, franchement, il ferait mieux d'éviter ces obséquieux extrémistes armés jusqu'aux dents. Puisque le Chevalier Zémo était là, il allait garder les choses en main jusqu'à l'arrivée des forces de l'ordre.

"De toutes façons, je m'en allais."

Et, sans crier gare, histoire de laisser sa marque, il bondit sur le petit stagiaire effrayé et lui laissa une bonne marque de crocs... avant de tourner les talons.

Voir le profil de l'utilisateur
Non. Ca ne pouvait pas être Matt'. Son dégoût naturel envers l'acte de son "ami d'enfance" était clair : ce n'était pas lui qui était l'objet de tels sentiments. Qui, alors ? Les deux O'Hara ? Le fou ? Il n'en savait rien et il détestait être dans un tel état. Hugo était un homme sûr, un homme de connaissance et de certitudes ; même s'il réfléchissait au monde qui l'entourait et à ce qu'il pouvait faire, il avait toujours été sûr de son identité. Il était un Zémo, il se comporterait donc comme tel.
Son existence se cherchait encore un but, mais les moyens pour y parvenir étaient clairs. Seulement, ces derniers jours, depuis son retour à la ville, tout commençait à changer. Il se voyait maintenant prêt à aider des innocents, à préférer leur sauvegarde au pouvoir et aux moyens d'y parvenir.

Que lui arrivait-il ? Pourquoi était-il prêt à tout pour un être qu'il ne connaissait pas ?
Et pourquoi diable hésitait-il à frapper Matt' pour s'être conduit aussi bassement ?

Lui-même avait déjà fait de tels actes, et bien pires. Pourquoi être choqué, maintenant ? Pourquoi découvrir les vertus de la conscience et des remords ? Il détestait ça, mais inconsciemment il s'approcha des personnes à terre et blessées. Il soupira lourdement, incapable de comprendre ce qu'il se passait ; cependant, il avait fait l'amère expérience ces derniers jours de son incapacité à lutter contre un tel sentiment. La meilleure chose à faire était de céder à son appel intérieur pour le moment, pour voir qui en était responsable et où ça le mènerait.
A lui après de reprendre ses esprits et d'en tirer le maximum de profit, comme d'habitude.

"Ca va ?"

Zémo savait que les Punishers n'allaient pas tarder. Son instinct lui criait de mettre à l'abri le groupe de personnes ; il décida d'y céder.

"Il faut sortir d'ici. Connaissez-vous une sortie aisée ? Où le minimum de sang sera versé ?"

Encore une fois, Hugo se surprenait à parler ainsi. Son langage et ses pensées dégageaient maintenant une noblesse et une droiture qu'il ne connaissait pas ; ça n'était pas forcément désagréable, mais en tout cas plus que troublant.

Voir le profil de l'utilisateur
[hj : il n’y a qu’un O’Hara :p]

La voix avait encore des choses à dire à Miguel mais elle semblait ne pouvoir communiquer avec son vaisseau que dans le pays des rêves. Ainsi, il n’entendit pas la discussion entre Matthaüs et Hugo ou O’Hara hurler de douleur quand le fils du président voulu croquer le stagiaire. George se tordait de douleur sur le sol de l’entreprise détenteur du plus grand nombre de droit d’images super-héroïque, images qu’ils utilisaient sans vergogne comme dans le cas de leur signe volé aux puissants guerriers américain pré an 1 du règne de Crâne Rouge.

Le grand prêtre ne se réveilla que quand Hugo commença à lui parler, comme si la voix charmante du prince avait suffit à le sortir de son rêve, ce qui n'était pas le cas mais la coïncidence est étonnante quand on connaît la raison pour laquelle les dieux d’Asgard s’intéresse à lui. Quand il vit le visage masqué du chevalier, Miguel comprit à qui il avait à faire et ce que venait de lui chuchoter notre père à tous.


"Vous êtes d’une exceptionnelle beauté que ce soit votre physique ou votre âme, elle est d’une pureté à nulle autre pareil. Heureusement que rien ne puisse vous blesser, il serait dommage de perdre pareil trésor." dit-il les yeux emplis d’admiration.

"Aaaaah ! Bon quand vous… nnngh… aurez fini de vous faire des mamours, on pourrait s’enfuir par la laverie ? Vous n’aurez qu’à ne pas me laisser chez l’infirmière de nuit, je veux dire surtout laissez pas moi seul. Aaaah ! Je ne veux, je veux… Je veux p… bon, j’en assez de lutter contre ce que vous m’avez fait le cur… guerrier alors emportez-moi, on verra le reste après."

Tandis que la personne qu’il était venu chercher délirait, le ministre du culte de Thor arrêta de fixer son sauveur, étira ses muscles et bailla avant de faire quelques exercices d’échauffement dans le cas très probable où il allait devoir courir et vu la souffrance du futur père de l’araignée mexicaine, il avait largement le temps.

"Et bien, direction la laverie mon frère, puis on trouvera quelqu’un pour te soigner." dit-il en regardant successivement Hugo puis George.

[hj j’ai mal au crâne rien qu’à imaginer la chronologie rp]

Voir le profil de l'utilisateur
"Hum."

Hugo ne comprenait pas grand-chose à ce qu'il se passait ici, que ça soit en lui ou avec ces êtres. Il sentait juste au fond de lui qu'il devait les aider à sortir d'ici, et qu'il devait le faire le plus rapidement possible. Il garda donc en lui ses remarques et ses énervements envers la faiblesse de ces personnes et sortit son arme pour être sûr de ne pas être pris de cours.

"Vous, guidez-nous."

Il s'était adressé à l'envoyé du culte de Thor, apparemment le moins atteint des deux.

"Il faut partir d'ici au plus vite. Je ne veux pas risquer d'incident qui pourrait me...nous nuire."

Voir le profil de l'utilisateur
[hj Beaucoup de travail en ce moment]

Blake avait prévu le cas où il devrait fuir, pas celui où il se ferait prendre, il restait malgré l'esprit divin qui l'habitait, un simple humain sans réelle aptitude au combat, donc heureusement qu'un coup du sort l'avait sortit du pétrin. Je disais donc que Miguel avait prévu sa fuite en usant de son influence de prélat du culte Thorite pour obtenir les plans détaillés de l'entreprise privée, il savait donc comment se rendre à la laverie et en profiter pour sortir par la porte de derrière. Il souleva alors le stagiaire avant de se figer devant la symbolique mystique de la chose.

"Whaou ! Ça... ça wahou ! Le trip, j'ai l'impression d'être en transe comme lors de séances très spéciales réservé aux hauts-dignitaires de l'église." dit-il les yeux exorbités.

Bon, chevalier, frère, hâtons-nous !

Tandis que Miguel fuyait avec Hugo le fils du président, c'était au tour de O'Hara de tomber dans les pommes. Quand le trio arriva devant la porte de sortie, ils entendirent des voix provenant de l'extérieur, c'était trois Punishers se plaignant d'avoir été affecté loin de l'action.


"On fait quoi ?"

La voix, Blake, O'Hara]

Voir le profil de l'utilisateur
Hugo n'appréciait pas d'être considéré comme le "frère" de cet être...même si au fond il en retirait un certain plaisir. Deux volontés différentes semblaient s'opposer en lui, et il détestait ça. Lui qui avait l'habitude de prises de position sûres et évidentes, il ne supportait pas de telles faiblesses, et s'en voulait d'être atteint par de tels maux.
Cependant, il ne pouvait pour le moment aller contre sa nature et en avait de toute façon fait de trop. En silence, il suivit son "frère" et lui posa la main sur la bouche quand il vit les Punishers en face d'eux.

Inspirant lourdement, il s'avança vers eux, tenant aux poignets les deux hommes qui l'accompagnaient, comme s'ils étaient ses prisonniers.

"Ces hommes sont sous ma responsabilité. Laissez-nous passer."

Comme à son habitude, il utilisait son autorité naturelle et son arrogance non feinte. Il était persuadé que ça suffirait pour qu'ils soient en paix.

Voir le profil de l'utilisateur
Le concept de trahison est assez subjectif, pour les Punishers et leurs maîtres le prêtre O'Hara était un traitre aux institutions Thorites et au pouvoir en place donc un traitre au peuple lui-même. Pour des personnes comme le prélat l'église n'était qu'une vaste fumisterie créé pour assouvir la vénalité d'un petit groupe de personnes et imposer l'autorité présidentielle dans les esprits et la foi des hommes, des traîtres envers les dieux pour qui ils juraient parler. Et quand ces deux groupes se rencontraient, il ne pouvait y avoir discussion, chacun restant camper sur leurs positions avec un avantage certain pour ceux qui possédaient des armes.

La seule arme de Miguel était sa langue, tranchante comme l'épée mais qui ne pesait pas lourd face aux mitraillettes des hommes du H.A.M.M.E.R. et préféra donc se taire et laisser son frère s'occuper des trois importuns qui ne semblaient pas convaincus par son arrogance. Ils ne voulaient pas laisser le chef de l'A.R.M.O.R. récolter tous les lauriers, déjà qu'ils s'étaient fait passés par le fils du président. Un des trois, qui semblait être le plus illuminé lui jeta un regard noir et dit :


"C'est bon, nous nous en occupons, il est sous la juridiction des Punishers et du H.A.M.M.E.R., pas de l'A.R.M.O.R. ! Mais vous pouvez garder l'autre si vous voulez."
dit-il en montrant l'employé d'Alchemax avec son arme à feu.

Tandis que les deux autres montraient les crocs tout en tenant leur arme ostensiblement comme pour défier le dernier descendant de la famille Zemo et lui faire comprendre qui étaient les patrons de la laverie.

Voir le profil de l'utilisateur
Hugo en avait assez : il ne savait pas pourquoi il était là, il ne comprenait pas pourquoi on l'obligeait à faire tout ça et ça l'énervait. Il était un héritier d'une race pure et forte, il se considérait comme supérieur à la majorité des gens se trouvant dans ce pays et il était hors de question que des sous-êtres comme eux viennent l'empêcher d'accomplir ce qu'il devait faire - même s'il ne le voulait pas vraiment.
Hors de lui, autant par l'attitude de ces hommes que par son subconscient, Zemo sortit son arme et décapita en quelques secondes à peine ses adversaires, usant de toute sa hargne et de tout son art de l'escrime.

Se retournant vers les autres, rangeant son instrument de mort, il parla d'une voix autoritaire et énervée. Il en avait assez de tout ça et voulait des réponses.

"On y va. Sans bruit, sans se sentir mal. Je veux savoir ce que je fais là et qui vous êtes, et vous avez bien assez de doigts pour que je vous arrache vos réponses."

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum